2014 / 01 / 21

Sexisme dans la pub ? non ... jamais !

Cuir Center rigole bien du débat actuel en tous cas ...

Cette publicité fait réagir sur la toile et repose la question des limites entre humour, efficacité et respect des publics. Je vous laisse apprécier et réagir ...

Mesdames, je vous souhaite une très belle journée ;-)

Gildas

2013 / 12 / 30

Nouvelle plateforme sur le Marketing Responsable

Capture d’écran 2013-12-30 à 16.57.30Développée par Ethicity et l'Ademe, la plateforme digitale www.reussir-avec-un-marketing-responsable.org met à disposition des fiches pratiques proposées par des marques qui ont avancé sur le sujet. Elles nous renseignent sur des pratiques de marketing, qui, au-delà de leur impact environnemental ou social, peuvent être parfois sources de valeur pour les marques :
- réduction des coûts
- différenciation stratégique et gain de parts de marché
- référencement et visibilité
- relation avec les salariés et partenaires

Le site regroupe également les ressources utiles existantes en matière de marketing responsable : études, livres, sites web… qui permettront de nourrir les marketeurs qui venlen en savoir plus.

Cette plateforme est une initiative d’Elizabeth Pastore-Reiss (Ethicity) et de David Garbous (Fleury Michon), avec le soutien de l’ADEME, en partenariat avec l’UDA (Union des annonceurs), Prodimarques et l’Adetem (Association des professionnels du marketing).

Gildas

2013 / 12 / 18

Parlerons-nous encore de « communication responsable » dans les prochaines années ?

DetailAvec internet, les consommateurs citoyens interpellent davantage les annonceurs et leurs agences sur la transparence et la sincérité des dispositifs marketing.
La société toute entière, hyper réactive, se méfie des discours des entreprises et reste prompte à juger la communication comme manipulatrice voire falsificatrice. Pour mémoire, aux dernières nouvelles, 35% des Français jugeaient le discours des entreprises crédible, 19%  le pensaient sincère et ... 16% transparent (1).

Soyons optimistes, d’ici quelques années, nos débats, nos actions de formation et de sensibilisation, les règles de bonnes pratiques mises en place par les agences et les annonceurs, auront permis d’intégrer une nouvelle culture métier plus respectueuse des sensibilités des publics, moins provocatrice et plus soucieuse du bien commun.

La question est de savoir si cette adaptation se fera au détriment de notre créativité que beaucoup craignent de voir fondre sous le coup d’une pression sociétale, sinon de notre propre autocensure.

Si la créativité se cantonnait au seul décalage, à la provocation et la caricature. Si elle se nourrissait exclusivement de l’écume du temps, des émotions immédiates, des tendances éphémères. Alors elle serait toujours jugée comme gratuite, inutile, inopportune… Cette créativité-là serait peut-être remarquable, mais les gens continueraient à regarder ailleurs. La vraie créativité dans nos métiers intègre les réalités du monde et les attentes des publics. Elle est alors pertinente, cohérente, efficace.

Car dans notre société en pleine mutation, inquiète pour son avenir commun, à la recherche de liens et de sens, force est de constater que certaines postures ne font plus recette.

Ce point-là fait mal : on aurait envie de « continuer comme avant ». Tant que certaines campagnes marchent, font vendre, on se dit que les consommateurs jouent les sceptiques, mais adorent qu’on enjolive… et aiment trop consommer.

Cependant, les gens ne lisent pas que les pubs. Ils lisent aussi les journaux, écoutent les scientifiques qui tous ne disent pas qu’on va pouvoir « continuer comme avant ». Ont-ils tort ?

La communication va réinventer et explorer d’autres champs de créativité. Les marques et les entreprises iront vers des voies d’expression plus engagées et plus durables. L’économie du partage en porte déjà les germes et certaines marques ont bien compris tout l’intérêt à se nourrir de cette créativité là.

La réglementation a permis au secteur de la communication et des médias d’intégrer l’idée même que nos métiers ont une énorme responsabilité sociétale. Par les concepts que nous manipulons, par les représentations que nous diffusons, nous impactons l’opinion et façonnons des tendances et des comportements.

Forts de cette prise de conscience, le secteur de la communication, les femmes et les hommes qui y travaillent, ne peuvent pas rater le rendez-vous avec les citoyens consommateurs.

La question n’est pas de savoir si nous serons collectivement plus responsables ou non, mais de savoir si nous serons à la hauteur de l’extraordinaire attente de transformation des modèles de consommation à venir. Le couplage entre hyperconsommation et communication n’est pas une fatalité.

Pour cela, la communication doit continuer sa révolution culturelle, montrer que tout ne l’oriente pas mécaniquement vers la promotion de l’hyperconsommation. Elle doit contribuer à approfondir la relation entre marques et consommateurs, en y ajoutant quelque chose : plus de citoyenneté. Question, justement, de créativité !

Gildas Bonnel

Tribune publiée dans Marketing Magazine de ce mois de décembre 2013.

(1)   étude 2012 Occurrence/Makhéia

2013 / 11 / 27

Publication du 6eme édition du bilan Ademe ARPP "publicité et environnement"

Capture d’écran 2013-11-27 à 22.23.31Ce 6ème bilan, réalisé conjointement comme les précédents par l’ADEME et l’ARPP, témoigne de la stabilité du nombre de publicités ayant recours à un argument environnemental (3,5% en 2012, 3% en 2011). Les quelques manquements relevés, 21 messages, correspondent à 5% des publicités relatives à l’environnement, comme au cours du précédent bilan.

Cette année, l’ouverture à des intervenants qualifiés, m'a permis de partager les analyses ADEME / ARPP avec Thierry Libaert, membre du Conseil Economique et Social Européen.


Nos appréciations complémentaires ont ouvert le débat pour modifier sensiblement les réflexions de l’autodiscipline publicitaire en la matière. Au delà des questions de non-conformité à la règle applicable, de mieux en mieux intégrée dans les process créatifs de la publicité, l’interrogation porte sur la perception réelle du langage environnemental par les consommateurs, à partir des résultats d’une enquête IFOP pour l’ADEME et l’ARPP, et sur les contraintes enserrant la création publicitaire.

Consultez le Bilan Publicité et Environnement 2012 ici

Gildas Bonnel

2013 / 11 / 25

La voiture électrique Hyundai ix35 Fuel Cell plus écolo y a pas !

Merci à Influencia pour cette découverte : une opération de communication de la marque Hyundai qui met en scène sa voiture électrique « ix35 Fuel Cell » et démontre en plein centre de Londres la "totale propreté" de ses émissions.

Un pot d'échappement directement branché à un aquarium servant d'eau d'alimentation à un mini potager bio et dans lequel s'ébattent des carpes...

Ca a l'air fake mais c'est pourtant bien vrai.L'article d'Influencia est ici.

Gildas

2013 / 11 / 23

Le genre dans la publicité : ouvrons le débat !

Pub_aspirateur_petit_bondAprès la Manif pour tous le débat sur la théorie du genre fait flores. En cause, selon les comités de parents qui se sont constitués un programme d'éducation à l'égalité entre les sexes qui doit être expérimenté dans dix académies à partir de janvier 2014. Jean-Marc Ayrault, dans les colonnes de La Croix, dément toutes intentions sur ce sujet :  «Il n'est pas question d'introduire je ne sais quelle idéologie», insiste-t-il. «Il n'est pas question d'un temps d'enseignement sur la théorie du genre, pas plus dans les programmes scolaires que dans la formation des enseignants.»

Le débat est pourtant bel et bien sur la table et nous allons tous avoir à nous en emparer (ou non !). La presse s'en fait largement écho et la thématique se lit partout. L'égalité entre les sexes est d'ailleurs le thème du salon de l'éducation qui se tient ce week-end à Paris !

220px-Mencontrol7Le Conseil Paritaire de la Publicité vient de constituer un groupe de travail sur ce sujet qui traverse la société française.On ne peut que se féliciter de voir grandir la conscience de la reponsabilité sociétale de la publicité qui influence puissament les représentations.

Alors pour ouvrir les yeux sur cette belle thématique, je vous laisse découvrir ce montage qui fait un buzz incroyable sur internet. Des étudiantes canadiennes ont réalisé cette vidéo qui a fait exploser le débat aux US et au Canada et nous revient en Europe avec tout autant d'impact.

 

Pour aller plus loin sur le fond, le dossier très intéressant sur la théorie du genre dans la Croix est ici.

 Et aussi le regard intéressant des femmes de Oser le féminisme sur la publicité, notre régulation et la réalité ressentie : http://www.osezlefeminisme.fr/article/mauvais-genre-la-publicite

Gildas Bonnel

 

2013 / 11 / 18

Quand la musique classique inspire un Nouveau Monde…


(c)ELIZA-LEBIODAL'Institut des Futurs Souhaitables organise, le 10 décembre prochain, un " Concert du Nouveau Monde",  dans la prestigieuse salle Gaveau. Sorte d'hybridation entre symphonie et poésie sur le thème de la Réinvention, ce concert classique sera donné par "l' Orchestre de l'Alliance", dans le cadre des "Saisons de la Solidarité". L'orchestre de l'Alliance est dirigé par Pejman Memarzadeh, chef d'orchestre "voyageur" de la Lab Session #2 dont la promotion porte ce très beau projet comme restitution de son voyage dans le futur.

Au programme : beaucoup d'émotions... avec les Concerto pour deux violons en ré mineur et Concerto pour hautbois et violon en do mineur de J.S Bach, et Quintette  n 2  en sol majeur op.111 de J. Brahms (orchestré par Philippe Entremont)
En 24 concerts des Saisons de la Solidarité, ce sont plus de 610 000 € qui ont été reversés à 20 Associations d' intérêt général et Fondations au profit de causes prioritaires. Le 10 décembre, la billetterie du concert sera versée à l'Institut des Futurs souhaitables, en soutien de ses activités d'éducation et de sensibilisation du grand public aux enjeux du développement durable et à l'innovation sociale.
Entre magie des symphonies, poésie et vision positive du Futur, l’évènement promet un beau voyage !
Les Réservations se font ici
Ou au Guichet - Salle Gaveau : 45, rue La Boétie - Paris 8è - 01.49.53.05.07,
(prix des places : De 12 à 50 euros)


Gildas

2013 / 11 / 15

SMEREP suite (judiciaire)

ImagesEnfin ! Elle est tombée la plainte annoncée de la SMEREP à l'encontre de l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) auprès du tribunal de grande instance de Paris. L'assignation en justice intervient à la suite de la décision du jury de déontologie publicitaire (JDP) condamnant la publicité que nous avons commentée ici.

Cela va permettre de donner de la visibilité aux débats :

"La plainte que nous avons déposée porte sur l'interdiction de l'ARPP de diffuser l'ensemble des vidéos publicitaires de la SMEREP et du préjudice causé", explique Mme Annie COUTAREL, directrice générale de la SMEREP, à "La Correspondance de la Publicité". "Le jDP nous a sanctionné sans raison valable. Il s'agit d'une censure catégorique, brutale et politique, du fait que les plaintes initiales ont été déposées par Les chiennes de garde et le ministère des Droits des femmes, proches de la LMDE, de l'UNEF et du PS". Rappelons que la LMDE et la SMEREP sont des mutuelles étudiantes concurrentes.

Stéphane MARTIN, directeur général de l'ARPP, répond à "La Correspondance de la Publicité" : "Cette assignation en justice soulève de multiples interrogations et est ambiguë, car elle porte non seulement sur la légitimité de la décision du jDP, mais elle pose également des questions sur l'autodiscipline de la profession."

A suivre donc ...

Gildas Bonnel

2013 / 10 / 28

Lou Reed nous a laissé l'hymne du Développement Durable



This is no time for celebration
This is no time for shaking hands
This is no time for backslapping
This is no time for marching bands

This is no time for optimism
This is no time for endless thought
This is no time for my country right or wrong
Remember what that brought

There is no time
There is no time
There is no time
There is no time

This is no time for congratulations
This is no time to turn your back
This is no time for circumlocution
This is no time for learned speech

This is no time to count your blessings
This is no time for private gain
This is the time to put up or shut up
It won't come back this way again

There is no time
There is no time
There is no time
There is no time

This is no time to swallow anger
This is no time to ignore hate
This is no time to be acting frivolous
Because the time is getting late

This is no time for private vendettas
This is no time to not know who you are
Self knowledge is a dangerous thing
The freedom of who you are

This is no time to ignore warnings
This is no time to clear the plate
Let's not be sorry after the fact
And let the past become our fate

There is no time
There is no time
There is no time
There is no time

This is no time to turn away and drink
Or smoke some vials of crack
This is a time to gather force
And take dead aim and attack

This is no time for celebration
This is no time for saluting flags
This is no time for inner searchings
The future is at hand

This is no time for phony rhetoric
This is no time for political speech
This is a time for action
Because the future's within reach

This is the time
This is the time
This is the time
Because there is no time

There is no time
There is no time
There is no time
There is no time

Lou Reed - There Is No Time

On a plus le temps de bavarder, de négocier, de faire des discours ou de la rhétorique ...

Le temps est venu de l'ACTION !

 

Enjoy moi je suis fan ;-)

Gildas Bonnel

2013 / 10 / 21

Knorr passe au vert

Unilever_logoSpaghettis bolognaises et soupes de tomates de la première marque d'Uniliver porteront bientôt sur leurs emballages une étiquette avec la mention «pour un partenariat durable», gage d'une agriculture raisonnée.

Unilever a choisi Knorr, la première marque de son portefeuille avec 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires, pour lancer une stratégie DD orientée produit. Les emballages porteront bientôt une étiquette verte dotée d'une petite maison dans les champs («pour un partenariat durable»), gage d'une agriculture raisonnée. 

Au dos des produits, figurera un court texte explicatif sur la démarche.
Au départ, une dizaine de produits vendus notamment en France et en Allemagne afficheront cette mention, puis cette initiative sera déployée dans le monde entier. «L'objectif est qu'en 2020 l'ensemble de notre portefeuille de produits ait 100% d'ingrédients durables, contre 59% aujourd'hui, rappelle Paul Polman, PDG d'Unilever, qui travaille avec des exploitations agricoles certifiées.

Unknown


Les soupes bio de Knorr ont été lancées en août 2009 alors que le groupe annonçait son objectif de doubler son chiffre d'affaires d'ici à 2020 tout en réduisant son impact environnemental.

Belle journée,

Gildas Bonnel

PS/Pour aller plus loin, le discours Knorr sur l'Agriculture durable (43 vues sur Youtube !!!) :

 

2013 / 10 / 16

Levis prone le mavage "responsable"

LEVIS X WATERLESS WATER.ORGFormidable cette campagne non ?

Levis recommande de laver son jean moins souvent pour économiser l'eau et par là-même, sensibiliser sur le lien lavage-environnement.

Ca rappelle la phrase de Michel Serres (approximative, qu'il m'en excuse!) : "quand mon habit est sale, c'est qu'il m'est propre."

Belle soirée

Gildas

2013 / 10 / 15

Les nominés aux prix Pinocchio

Capture d’écran 2013-10-15 à 11.11.31

Nouvelle édition des Prix Pinocchio et publication des nominés :

Catégorie « Plus vert que vert »:
Areva et son musée de la mine
Air France et la compensation carbone
BNP Paribas et le climat

Catégorie « Mains sales, poches pleines »
Auchan et les usines textiles du Bangladesh
Apple et l'extraction de l'étain en Indonésie
Alstom et les grands barrages du Brésil

Catégorie « Une pour tous, tout pour moi »
Total et les gaz de schiste en Argentine
Veolia et la privatisation de l'eau en Inde
Société Générale et le charbon australien.

Les Amis de la Terre-France poursuivent depuis 2007 leur campagne sur la Responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSEE). Son but ? Démontrer que les approches volontaires sont inefficaces, et que les pouvoirs publics doivent mieux encadrer leurs activités.

Les entreprises nominés et les charges des Amis de la terre ici.

Gildas

2013 / 10 / 15

Une belle défense du système d'auto-régulation

Un article dans le Parisien Economie

C'est fou le nombre de gens qui s'intéressent à notre gouvernance en ce moment.

 

Capture d’écran 2013-10-15 à 07.38.48

2013 / 10 / 07

La SMEREP attaque l'ARPP en justice après sa condamnation par le Jury


Nous y voilà. La Smerep a décidé de poursuivre l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) après l'interdiction pour sexisme de sa campagne publicitaire «Vos bonnes raisons». La plainte devrait «être déposée devant le tribunal de grande instance de Paris en début de semaine», a précisé à l'AFP Annie Coutarel, directrice générale de l'assureur. L'ARPP, a pour sa part jugé «regrettable de judiciariser une démarche d'autorégulation». L'AACC, par la voix de son Président, Vincent Leclabart, a de son côté mis en cause cette semaine dans Stratégies le fonctionnement du JDP. «Pour s'exprimer, la publicité a besoin de pouvoir jouer. Jouer avec les stéréotypes, avec les conventions, avec l'incorrect», estime-t-il, fustigeant le «politiquement correct».

C'est un peu triste tout ça.

Retenons que le positif :
Chacun est dans son rôle : l'annonceur hurle à la censure, l'AACC défend la créativité et la liberté, l'ARPP tente l'apaisement et la mesure et le JDP se drappe dans le silence ...

On ne saura jamais si le jury a été instrumentalisé (la pub est exaspérante mais est-elle discriminante ???), voyons alors si notre système d'autorégulation en sort renforcé.

Belle semaine,

Gildas

 

2013 / 09 / 22

Nouvelle édition de l'étude Ethicity sur les Français et de Développement Durable

Capture d’écran 2013-09-22 à 15.09.17Le débat actuel sur la transition énergétique pose la question de notre consommation et de nos modes de vie. Ethicity  rappelait en avril dernier la prise de conscience et la volonté de changement et d’action des français pour une consommation plus responsable.
Pour mieux comprendre les motivations et leviers de changement de comportement des français, Ethicity a présenté la semaine dernière une analyse plus fine des résultats de son étude à travers une typologie de 8  groupes de consommateurs et son évolution par rapport à 2011.

Depuis neuf ans que cette étude existe, les changements profonds dans la société et les modes de consommation se révèlent clairement. Mais cette mise à jour éclaire la radicalisation et l'impatience parmi nos concitoyens.

Gildas

L'étude est à télécharger ici : Téléchargement Typo_DD_prez_def_19092013

2013 / 07 / 11

Le blog Adwiser change cet été et s'ouvre à des nouveaux contributeurs !

AdwiserLe 30 mai dernier, ce blog a fêté son sixième anniversaire. L'objectif du collectif Adwiser et de ce blog a été d'accélérer, de façon ouverte, joyeuse et positive, l'intégration des enjeux du développement durable dans notre secteur de la communication.

Six ans après, nous ne pouvons que nous féliciter du chemin parcouru. Ce site a été le reflet de nos initiatives, de nos découvertes et de nos débats.

Aujourd'hui, nous souhaitons l'ouvrir à tous ceux et toutes celles qui contribuent à éclairer ces enjeux.

Nous sommes "les vieux de la vieille" ... C'est un fait.
Vous êtes nombreux à participer aux évolutions de notre culture métier, à interroger les modèles et à chiner des trouvailles de créativité au service des évolutions de notre secteur.
Nous souhaitons offrir cet espace à ceux et celles qui veulent publier articles et réflexions.
Une seule règle : contribuer à faire émerger la prise de conscience, nourrir la curiosité et proposer des modèles positifs ...

Pour devenir contributeur, contactez moi : [email protected]

Bel été à tous,

Gildas Bonnel

2013 / 07 / 11

Focus Mediaprism - 60 millions de consommateurs sur la consommation responsable

Capture d’écran 2013-07-11 à 11.02.22Les scandales alimentaires ont accéléré la demande de naturalité des Français dans leur alimentation. Le lien entre nature et qualité (à la fois gustative et sanitaire) accélère les changements de consommation. L’absence de produits chimiques dans l’alimentation constitue un point clé dans l'attente des consommateurs.

"Les Français et les produits naturels : opinion, comportements et attitudes" (à lire ici), le nouveau focus de Mediaprism souligne des tendances fortes dans la consommation des français. La recherche du produit "naturel", l'installation long terme du bio, le rejet des OGM, l'influence de l'origine française sur l'acte d'achat ...

Par ailleurs, et cela nous intéresse au premier chef, une écrasante majorité des répondants pense que le discours vert des marques sert, avant tout, à améliorer leur réputation (89%). Seuls 11% des français interrogés estiment que les marques sont réellement engagées en faveur de l’environnement.

Bref, il nous reste beaucoup à faire pour reconnecter les publics avec les entreprises et leurs marques sur le terrain de la responsabilité environnementale.

Gildas

2013 / 07 / 08

Quans le "made in USA" devient un boulevard pour New Balance



Géniales ces pubs non ?

New Balance  revendique une production intégralement made in USA (depuis 75 ans!). Sur le terrain social les concurrents sont juste "pas là" ...

Très beaux petits films sur cette marque leader de la chaussure produite sur le sol américain. La fête nationale (4 juillet) offrait le moment idéal pour le souligner.

Belle semaine !

Gildas

2013 / 07 / 06

Malongo : quand le trop est l'ennemi du bien…

Cela va peut-être faire sourire certains annonceurs plus "classiques", mais c'est bien la campagne Malongo qui se fait épingler dans le dernier numéro de Terra Eco : "Café bio et équitable, cafetière 'made in France', économe, recyclable… Dans son dernier spot télé, la marque joue à l'exemplaire pur jus. Une autocélébration un peu énervante. Pas la peine d'en rajouter !"

Qu'est-ce qui énerve autant Terra Eco ? Pour commencer et selon les derniers chiffres connus du magazine, le café ne serait pas à 100 % bio et équitable : en 2010, 43,2 % des importations de Malongo étaient labellisées Max Havelaar et 23,4 % de ces importations étaient bio. La machine aussi les agace : Terra Eco rappelle qu'il s'agit quand même d'une machine à doses et qu'une cafetière italienne, par exemple, dure plusieurs générations. Alors dire que la cafetière Malongo "met fin à l'obsolescence programmée", c'est un brin excessif. Et d'ironiser sur les "doses en papier naturel" (c'est quoi le papier artificiel ?). Terra Eco conclut : "De la part d'une entreprise aussi engagée que Malongo, on aurait apprécié un degré de franchise de plus dans la pub". Quand on veut être exemplaire, il faut être irréprochable… et ne pas se laisser entraîner par "la pensée unique publicitaire" (dixit l'expert consulté par Terra Eco).

Belle journée,

 Dominique Candellier

2013 / 07 / 04

Coca passe au vert ! con besos ...

Coca passe au vert avec un nouveau produit Coca Life qui est testé en Argentine (gros marché pour la marque). Changement de recette ? Hé oui, ce nouveau coca est "sucré" avec de la stevia.

L'enjeu est de taille pour la marque qui doit répondre à des questions lourdes (compte tenu de son poids culturel et sa puissance économique planétaire) : l'eau, le recyclage, l'obésité et ... l'aspartame.

Avec un pouvoir sucrant 100 à 300 fois supérieur au saccharose tiré de la canne à sucre, la stevia apporte une solution pratique pour remplacer l'aspartame dans ses boissons faibles en calories.

La campagne est belle, un brin cousue de fil blanc (autour de la première expérience).

Goutez le nouveau coca, comme au premier baiser...

Vous en pensez quoi ?

Belle journée,

Gildas


2013 / 07 / 01

Nouvelle campagne anti-gaspi du Ministère

Gaspillage-alimentaire-2Ce 1er juillet, le Ministère de l’Agroalimentaire lance sa nouvelle campagne estivale contre le déchet alimentaire.

Poursuivant sa campagne de novembre dernier « Manger c’est bien, jeter ça craint », l’offensive anti-gaspi 2013 passera sur les ondes : 15 chroniques (1’30), diffusées tout l’été sur pas moins de 1000 radios et webradios françaises, informeront les auditeurs des enjeux et des risques liés au gaspillage alimentaire. Sur la plage comme au bureau, elles rappellent les bons réflexes : Une initiative qui fait écho au Pacte National de lutte contre le gaspillage alimentaire, présenté il y a quelques jours par Guillaume Garot, Ministre Délégué (si si !) en charge de l’agroalimentaire : A suivre jusqu’au 23 Août 2013.

Gildas
2013 / 06 / 19

#AACCDD le nouveau signal de l'info DD de l'AACC

Capture d’écran 2013-06-19 à 08.30.12La Commission Développement Durable de l’AACC a récemment lancé un site dédié à la communication responsable ! Un site pour répondre aux questions, de plus en plus nombreuses, que se posent les professionnels de la communication (agences comme annonceurs) sur les bonnes pratiques en matière de communication responsable.
Pour les accompagner il recense l’ensemble des enjeux spécifiques à nos métiers, tels que l’écocommunication, la responsabilité des messages mais également la gouvernance responsable des agences.

Des interviews vidéo illustrent les bonnes pratiques menées par les acteurs référents du marché. Des repères et des outils concrets mettent en lumière les différents sujets en matière de communication responsable et d‘éco-communication. Enfin, des documents clés (livres, fiche de bonnes pratiques, sites…) et des propositions de ressources complémentaires permettent d’enrichir et approfondir les différentes thématiques.

« Les bonnes pratiques venues des agences se multiplient, il s’agit maintenant de les mettre en avant afin d’encourager cette tendance », résume Gildas Bonnel, Président de la commission Développement Durable de l’AACC.

Capture d’écran 2013-06-19 à 08.33.32Pour accompagner les prises de parole de l'AACC en faveur du Développement Durable, un logo vient aujourd’hui enrichir l’identité visuelle de la Commission. Il apparaîtra désormais sur tous les supports édités par l’AACC traitant de communication responsable ; Il permettra également un accès direct au site communication-responsable.fr depuis la home du site corporate de l'aacc.

Autre écho aux nombreuses initiatives de l’AACC, le hashtag #AACCDD, simple et évident, devient le dénominateur commun à l’ensemble des publications et sujets traités par la Commission sur les réseaux sociaux. Un lien pour alimenter le fil d’actualité d’une communication toujours plus responsable.
Merci de relayer ! Bons tweets, bons posts.

Gildas Bonnel
 

2013 / 06 / 10

Deauville Green Awards : un apéritif dandy sur l’après pub avec Adwiser

Capture d’écran 2013-06-10 à 08.23.59Au 2ème « Deauville Green Awards », festival international du film corporate et TV pour l’écologie et le développement durable, Adwiser a fait une présentation remarquée… avec deux de ses membres, Gildas Bonnel (président de l'agence Sidièse et de la commission Développement Durable de l'AACC) et Alain Chauveau, (Directeur associé de DD Prod, le storytelling du développement durable). Associés, à Alexandre Pasche (directeur d'Eco&co et vice-président de l'Association pour une communication plus responsable), ils ont animé le 17 avril en soirée, un apéritif dans l’esprit « chaps »[1] sur le thème de « l’après publicité »

Nos trois « anarcho-dandies », dans une ambiance très club britannique, ont ainsi présenté chacun trois films représentatifs de ce qu’ils considèrent comme la nouvelle communication audiovisuelle, qu’ils appellent "l'après-publicité" ou "post-publicité… qui a l'air d'une publicité, qui a le format d'une publicité mais qui est beaucoup mieux que de la publicité ! Parmi les nouveaux films plus responsables, plus intelligents, mieux ciblés ils ont présenté, par exemple :   

-  Hiut, les jeans gallois

- « Follow the frog » de Rainforest Alliance ou comment NE PAS sauver la forêt tropicale 

Greenpeace – Provoquez la mode en duel 



[1] Le mouvement Chaps, ou « la révolution par le tweed », est né en Grande-Bretagne : contre l’ambition, la vulgarité et l’égoïsme,  il défend la joie de vivre, l’humour, l’élégance, les bonnes manières. Le manifeste Chaps se veut un guide du savoir-vivre révolutionnaire pour gentleman moderne, dans l’esprit de dérision britannique.

 

2013 / 06 / 05

Tetra Pak, des emballages renouvelables par Nature ?

Cui-cui, les petits oiseaux, la communication retombe dans l'imagerie enfantine et les belles illustration d'un Eden enchanté ...

Vous trouvez cela comment vous ?

Publicitaire "par nature" ?

Belle journée,

Gildas

2013 / 05 / 22

Une bonne pratique qui fait le tour de la planète !

Image001Dans un pays qui souffre de pénurie d’eau (Le Pérou), une agence de publicité et des ingénieurs ont conçu un panneau d’affichage pouvant recueillir, filtrer et distribuer l’eau contenue dans l'air.
 
Cette information est relayée par nos amis canadiens de Novae

Belle créativité pour détourner ces supports et attirer l’attention sur un enjeu clé et apporter des solutions…


A découvrir en images ici.

Agnès Rambaud

2013 / 05 / 21

Greenpeace attaque Coca en Australie

Greenpeace a encore frappé ! Coca-Cola craignait de voir ses ventes baisser avec la mise en place d'une consigne sur ses bouteilles (7 centimes d'Euros pour financer et encourager le recyclage). La firme a mis tout en oeuvre pour bloquer le projet et a gagné devant les tribunaux. Le projet a été annulé.

Comment dit-on en anglais "la vengeance est un plat qui se mange froid" ?

Bonne journée,

Gildas

2013 / 05 / 17

Abercrombie va relooker les SDF cet été ou le coup de l'arroseur arrosé !

Quelle belle idée non ? (merci pour l'info à Doc news que je reprends ici)

Le PDG de la marque, Mike Jeffries déclarait (sans rire) qu'il ne voulait pas «que les personnes fortes fassent leur shopping dans ses magasins » et a fait savoir qu'Il ne voulait que des personnes minces et belles et surtout pas que ses principaux clients voient d’autres personnes moins sexy qu’eux porter des vêtements de la marque.

Ben ... C'est gagné !

Ses propos "ont choqué l’opinion publique et fait réagir Greg Karber. Ce writer, performer, video-maker, critique et entrepreneur, comme il se définit lui-même sur sa page youtube, a décidé de lancer un mouvement « Abercrombie solidaire » en demandant aux propriétaires de vêtements de la marque de s’en délester au profit des sans domiciles fixes. Sur une video diffusée sur Youtube, il se met en scène achetant des fringues de la marque dans une friperie pour les distribuer aux sans-abris. Un pied de nez redoutable."

Pour ma part, je pense que je vais (discrètement) offrir mes deux trois Tshirts AC & F aux SDF de mon Franprix ... Ca va me faire un bien fou !

Bon week-end,

Tout l'article détaillé de Doc News

Gildas Bonnel

 

2013 / 05 / 11

Whole Foods Market USA : la communication responsable au service de l'engagement social

 Capture d’écran 2013-05-11 à 18.43.14Aprés la New Belgium Brewing, Intéressons-nous aujourd’hui à un autre exemple intéressant, le distributeur américain de produits bio et naturels Whole Foods Market, passé maître, lui aussi, dans l’art de s‘adresser au consom’acteur en respectant les grands principes de la communication responsable. Le grand défi pour des marques engagées est, en effet, de trouver « son » public, en sachant générer fierté et volonté collective de changer le monde.

L’entreprise, forte de 331 magasins et de 58300 personnes, avec un chiffre d'affaires en hausse constante de plus 11,6 milliards de dollars US en 2012 (à comparer avec les 13,5 milliards de dollars US de Monsanto…), prouve, s’il en était besoin, que l’économie verte à désormais une taille critique décisive qui bouscule l’imagerie populaire tenace du « baba cool » minoritaire du Larzac, encore mise en scène dans certaines publicité conventionnelles.

Bien que n’étant pas parfaite (des critiques accusent par exemple l’entreprise de vendre d’abord des produits bio issus de grandes marques industrielles. Pour les produits naturels non bio, une partie contiennent des OGM), la chaîne d'épicerie, respectée, renforce en permanence ses exigences en garantissant par exemple jusqu’à 30 % de ventes de produits locaux, en proposant de signaler pour 2018 l’intégralité des produits dits naturels contenant des OGM (Action remarquable pour les USA), ou encore en lançant en fin d’année à Brooklyn un magasin ferme très innovant avec 1900 m2 de cultures bio sur le toit en circuit ultra-court. 

Cependant, une des clés fondamentales du succès de la marque réside dans un marketing et une communication à 360 °, séducteurs, impliquants, et spécialement adaptés aux jeunes urbains plutôt aisés qui constituent l’essentiel de sa clientèle.

Merchandising : engageant et efficace, il est devenu un modèle respecté par la distribution française. Le client y est interpellé régulièrement avec des messages qui le touchent tels que : « Help us help a million more people », et qui utilisent toute la place disponible aux murs. Les normes de qualité propres à Whole Foods y sont affichées, les processus de fabrication des produits détaillés. Les aliments sont aussi classifiés en fonction de leur valeur nutritive : plus le produit a de points, mieux il est considéré comme bon pour la santé, renforçant la crédibilité de la chaîne.

Site Internet : un menu « recipes » très étudié offre des recettes pour tous les budgets et tous les gouts (végétariens, sans gluten, etc.). Des vidéos de qualité valorisent les producteurs travaillant pour la chaine. Celle-ci sait utiliser l’attrait quasi-compulsionnel des américains pour les offres de réductions en distillant habilement dans ses Whole Deal des conseils incitant à une consommation responsable et une vie saine (comment cuisiner à pas cher, Etc.).

Communication corporate : à l’instar d’un Michel Edouard Leclerc, mais en version green, l’un des fondateurs de l’enseigne, John Mackey, n’hésite pas à se mettre en avant en militant pour un capitalisme plus humain avec un livre : « Conscious Capitalism », mis en avant dans tous les magasins…

Le produit-publicité, vous connaissez ? Soucieux d’être perçu toujours plus comme une marque « style de vie » vraie, L’épicier Whole Foods innove actuellement en se faisant aussi voyagiste avec un site de tourisme assez étonnant, Whole journeys. La marque y propose des offres touristiques conçues pour plaire aux gourmets actifs adeptes du tourisme durable et du« Food Movement », en pleine croissance aux États-Unis. Les participants se voient proposer des rencontres privilégiées avec des producteurs locaux nobles dans des régions du monde « authentiques » (Provence, Toscane…). Au vu des tarifs pratiqués et de la faible rentabilité économique dégagée par ce type de prestations, la marque semble surtout vouloir en faire d’abord un outil disruptif de communication nouvelle génération susceptible de lui faire acquérir un surcroit de notoriété et d’attachement à la marque en bénéficiant des commentaires positifs des heureux touristes sur les réseaux sociaux, et relayés par sa communication. En savoir plus 

Des campagnes digitales branchées avec la campagne sociale « We are Earthlings » :

le message communiqué : « Nous croyons que les Terriens sont un groupe très spécial. Nous faisons des choses que les non-Terriens pourraient trouver étrange. Nous ne mangeons pas toujours des choses normales, ni ne portons  des vêtements normaux. Mais nous sous soucions profondément de notre terre et de notre environnement […] et faisons des choix de vie qui influent positivement sur notre monde. Nous sommes Terriens. »

Ses objectifs : pour le « mois de la Terre » qui à eu lieu en avril, aux USA, Whole Foods à voulu lutter contre le greenwashing ambiant aux USA avec une campagne online-offline sociale d'un mois intitulée « We are Earthlings », qui à transformée les magasins Whole Foods et le site Internet en des lieux où les Terriens curieux pouvaient se rencontrer, échanger des idées, et célébrer la planète. Le but premier était de célébrer et de valoriser la culture underground (sous-estimée ou méconnue), dédiée à la vie durable, tout en aidant à promouvoir dans le même temps les produits locaux, bio, et leurs saveurs.

La mécanique digitale en détail : le site EarthlingMonth.com à été conçu comme un Hub présentant en temps réel un flux en curation international toujours changeant d'idées, d'inspiration, de nostalgie et d'innovation de personnes engagées et de leurs passions. Les fans ont put participer, partager leurs idées, des messages, des textes et des photos sous forme de défis sociaux hebdomadaires via Facebook,Twitter, Pinterest, Instagram et Tumblr.

La campagne à été relayée en magasins sous la forme d’affiches et graphiques avec des portraits intrigants de Terriens en action qui invitaient les consom’acteurs à rejoindre le mouvement. Les magasins ont organisés des activités locales impliquant leurs communautés.

Le site de la campagne : http://earthlingmonth.com

Sauveur Fernandez

2013 / 05 / 07

Quand l'industrie du numérique use de l'argument écologique est-ce du greenwashing inversé ?

Je comprends vraiment la colère des imprimeurs et autres professionnels de la filière papier  qui s'étranglent devant la campagne exceptionnelle qui désigne le papier comme le mouton noir de l'environnement.

Des millions, des milliards de mails portent en bas de page la petite signature "n'imprimez pas ce mail" avec un picto de sapin à côté ...

Ca me rend dingue de voir comment l'industrie digitale use et abuse de cet argument pour vendre les produits numériques en oubliant complètement l'impact environnemental énorme de leur industrie.

Bref, je vous livre ce bel exemple de greenwashing et dédie ce post à tout ceux qui se battent pour que leur filière (du papier et de l'impression) soit propre et à moindre impact.

Gildas

2013 / 05 / 04

Bon, on se lâche sur Optic 2000 et YAB ou on comprend l'idée ?

Honnêtement, je préférais laisser passer l'orage.

Céline reveillac sur son blog "message flou et brouillé : le comble pour un professionnel de la lunetterie…" (sic)

Yonnel Poivre-Le-Lohé sur le sien n'y va pas de main morte : "Décryptage d’une des plus belles âneries publicitaires de ces dernières années" (re-sic).

Solange Hemery fait le point après eux ici.

Mais, bon ... Difficile de venir au secours de cette campagne qui nous fait presque regretter le bon Johnny des familles !

Je vous laisse juges.

Gildas

2013 / 05 / 02

Victor et son chat au service du commerce équitable ?

Une pâle copie de "Follow the frog" de Rainforest ou un bonne pub avec peu de moyens ?

Je vous laisse juges.

Pour ma part, le "comme tout le monde" me semble tellement loin de la vérité que ca perturbe mon appréciation ... Par ailleurs, le consommateur "conscient" tourne à nouveau en dingo (comme dans Passat de WW) : ca fait réfléchir non ? MIAOU !

Belle journée !

Gildas

2013 / 04 / 22

Le greenwashing n'est plus ce qu'il était !

Capture d’écran 2013-04-22 à 22.40.24Très bon papier de Mathieu Jahnich sur le blog de l'express.

Les parties prenantes (dont Adwiser) sont cités et le constat sur le travail réalisé fait plaisir à lire.

Bonne soirée,

Gildas Bonnel

 

2013 / 04 / 16

Tout chaud tout beau le nouveau site de l'AACC sur la communication responsable !

Capture d’écran 2013-04-12 à 14.20.32L'AACC (Association des agences-conseils en communication) lance un site dédié à la communication responsable. Un site, qui, je l'espère, répondra aux questions, de plus en plus nombreuses, que se posent les professionnels de la communication (en agences comme chez les annonceurs) sur les meilleures pratiques en matière de communication responsable.

Le site recense l’ensemble des enjeux spécifiques à nos métiers, tels que l'éco-communication, la responsabilité des messages mais également la gouvernance responsable des agences. Des interviews vidéo illustrent les bonnes pratiques menées par les acteurs référents du marché. Des repères et des outils concrets mettent en lumière les différents sujets en matière de communication responsable et d ‘éco-communication. Des documents de référence (livres, fiche de bonnes pratiques, sites…) et des propositions de ressources complémentaires permettent d’enrichir et approfondir les différentes thématiques.

Destiné en priorité aux professionnels de la communication, ce site a pour objectif de leur donner envie et de les aider à développer un état d'esprit plus responsable dans l’exercice quotidien de leur métier. Ils pourront ainsi plonger dans « la piscine », une rubrique du site qui présente des campagnes inspirées et inspirantes.

Découvrez le site ici

Tous vos commentaires nous intéressent. Si vous souhaitez enrichir la démarche, faites le moi savoir.

Grand merci à Jean-Michel Gode d'Adwiser et membre de la commission DD de l'AACC pour son aide énorme sur le projet.

Gildas Bonnel

2013 / 04 / 12

E&H partenaire du film IFORE sur la communication responsable


Depuis 2005, l’Institut de formation de l’environnement (IFORE) pour illustrer ses formations, met à disposition des films courts (entre 8’ et 17’) à vocation pédagogique présentant des expériences réussies en matière de développement durable, et impulsées ou mises en oeuvre par des acteurs publics (administrations d’État ou collectivités locales) et/ou de la société civile (ONG, entreprises...).
Chacune des expériences filmées s’attache à présenter les objectifs de l’action, la démarche engagée par l’acteur concerné, les réalisations concrètes, les résultats obtenus.

Les films produits par l’IFORE illustrent les neufs défis de la Stratégie nationale de développement durable :
Consommation et productions durables
Société de la connaissance
Gouvernance
Changement climatique et énergies
Transports et mobilité durables
Conservation et gestion de la biodiversité et des ressources naturelles
Santé publique, prévention et gestion des risques
Démographie, immigration et inclusion sociale
Défis internationaux

Le film sur la communication responsable en quelques mots :10 minutes pour présenter les leviers de la communication responsable. On l'a voulu positif et inspirant (pas moralisateur, « faut pas faire ci, faut pas faire ça ») ! A travers des exemples de bonnes pratiques, il fait le point sur les grands enjeux de responsabilité sociétale du secteur de la communication : la responsabilité des messages, l’écoconception des supports print, web et événementiel, et la gouvernance à mettre en place au sein de son organisation pour faire évoluer les pratiques professionnelles sur ces sujets.
L’objectif était de faire un support à utiliser pour engager un discussion avec les personnes en formation sur la com responsable.
 
Les acteurs du projet :  IFORE (commanditaire), E&H (partenaire et garant du contenu), CAPA (prestataire audiovisuel)

Bon week-end,

Agnès

2013 / 04 / 06

8ème apéro DD de l'AACC avec la Présidente du JDP

InvitationDD_8Formidable sujet que celui de l'auto-régulation publicitaire qui consiste à écrire la règle et la faire respecter.

Surtout quand la publicité embrasse tous les sujets, tous les modèles, tous les comportements ...

Alors si vous voulez venir et participer au débat, faites un mail à Laurence Dotte (en me mettant en copie [email protected]): [email protected]

Belle journée,

Gildas Bonnel

2013 / 04 / 05

Les Français et la consommation responsable 2013 - La prise de conscience (résultats 2013 du baromêtre Ethicity-Ademe)

Capture d’écran 2013-04-05 à 08.02.10

La crise, frein ou accélérateur de la consommation responsable ? C’est la question que pose Ethicity, cabinet de conseil en développement durable, à l’occasion de la sortie de l’enquête 2013 sur les attentes, sensibilités et comportements des Français en matière de consommation responsable, de développement durable et de RSE. La nouvelle édition de l'enquête Ethicity-Ademe vient d'être présentée comme chaque année à l'ouverture de la semaine du Développement Durable.

Première occasion de rencontrer Bruno Lechevin, le nouveau Président de l'Ademe qui est intervenu pour apporter son éclairage sur les résultats d'un baromêtre 2013 fortement marqué part la crise.

En quelques mots d'introduction des résultats que vous pouvez trouver ici :

Malgré la crise, les Français veulent continuer à favoriser une consommation responsable respectueuse de l’environnement, mais privilégient davantage leurs intérêts personnels, au détriment des grands enjeux de préservation de la planète ou de l’emploi.

 

Clairement, le tableau est sombre et les Français, déprimés, relèguent l’avenir de la planète au second plan de leurs préoccupations (43% des sondés déclarent se sentir concernés par l’état de la planète, contre 62% en 2006).Cette question passe désormais au second plan, derrière les problématiques personnelles comme la santé ou le pouvoir d’achat.

Pourtant, près d’un Français sur deux (44%, +5 points) estime même que la crise est l’occasion de revoir profondément ses habitudes de consommation...

Vous pouvez lire ce papier de Youphil qui décode bien l'étude ici et la synthèse de l'étude .
Belle journée,
Gildas Bonnel
2013 / 04 / 02

Belle nouvelle : avec votre bébé, la cigogne vous offre une jeep ...


JEEP_POSTER_AGENCE_FILETEn cette semaine du développement durable, Leo Burnett Paris sort une campagne à l’insight déroutant :
Quand tu as une famille nombreuse, tu as une réduction sur ton malus écologique ce qui te permet d' acheter une Jeep ...
Je vais bien évidemment dire cela à mon frère. C’est certain qu’avec la naissance de sa quatrième fille dans un peu plus d’un mois, il a tous les droits…
 
« Une bonne nouvelle n’arrive jamais seule !
La naissance d’un 3ème enfant est toujours une bonne nouvelle mais qui dit nouvel enfant dit aussi souvent nouvelle voiture et donc nouvelles dépenses..! Comment ne garder que les bonnes nouvelles ?  Jeep revisite avec son agence Leo Burnett le mythe de la cigogne pour son modèle icône 'Wrangler' et en profite pour nous rappeler que l’arrivée d’un 3ème enfant c'est  aussi l'occasion de bénéficier d’une réduction du malus écologique grâce au dispositif « Familles Nombreuses ». Avec Jeep, famille nombreuse rime avec famille heureuse !” (sic)

Belle semaine !
Maud Largeaud

2013 / 03 / 21

Les annonceurs et la communication responsable

UnknownA l'occasion de la 7e édition du Baromètre UDA-Harris Interactive sur la communication d'entreprise (résultats présentés le 22 mars 2013), l'Union des annonceurs (UDA) a posé un certain nombre de questions portant sur les pratiques de "communication responsable" des entreprises, un sujet qui lui est cher. Ne pas oublier que les 180 répondants sont des responsables de communication.

- 88 % déclarent que la communication de leur entreprise inclut une démarche de communication responsable.

- La mise en œuvre de cette communication responsable signifie d'abord le respect des règles déontologiques (prioritaire pour 69 %), loin devant la réduction de l'impact environnemental des communications (42 %). Les autres pratiques sont occasionnelles, alors même qu'on les voit se développer chez les signataires de la Charte communication responsable de l'UDA : seuls 28 % font valider leurs communications par des instances internes ou externes, 28 % ont recours à des indicateurs, 16 % consultent des experts, 16 % forment leurs collaborateurs, 11 % consultent des ONG. 

 - Pour 75 % des répondants (des communicants, rappelons-le…), le principal intérêt de la communication responsable est l'amélioration de l'image de l'entreprise… 45 % pensent qu'elle peut être créatrice de valeur, 36 % qu'elle renforce l'engagement des salariés, 27 % qu'elle est source d'innovation, 27 % qu'elle fait réfléchir l'entreprise sur son métier, 26 % qu'elle peut être source d'économies, 23 % qu'elle représente un atout face à la concurrence et 22 % qu'elle favorise le dialogue entre l'entreprise et ses publics.

 - Pour se faire accompagner dans l'élaboration d'une communication responsable, 57 % des entreprises s'adressent aux agences-conseils en communication "classiques", loin devant les agences événementielles (28 %) ou les cabinets spécialisés en RSE (26 %). D'où l'importance du brief de communication responsable diffusé par l'UDA depuis fin 2012.

Dominique Candellier

2013 / 03 / 12

L’efficacité collective de la communication au service du développement durable

Capture d’écran 2013-03-20 à 07.52.10La fin du 20e siècle a vu la communication prendre une place stratégique dans toutes les organisations : services des États, institutions, entreprises, collectivités territoriales, associations, milieux académiques… avec la création de nouveaux métiers et expertises.
A la « réclame » a succédé une approche plus horizontale, plus interactive. Il ne s’agit pas de convaincre ou manipuler mais bien d’impliquer et de créer une appropriation contributive des sujets. Cette conversation, plus proche du sens premier du mot latin « communicare » (mettre en commun), s’est accompagnée de la création de nombreux outils, pour la plupart numériques (mais pas seulement). La notion de collectif s’est imposée d’abord pour la gouvernance des territoires, dans une nécessaire concertation, mais aussi pour les entreprises, les associations… La richesse de toute organisation repose sur un écosystème relationnel complexe,à la fois synchrone et asynchrone, ce que Henri Verdier appelle « l’âge de la multitude », donc sa capacité à échanger avec toutes les parties prenantes.

Le développement durable s’est affirmé aujourd’hui comme la démarche structurante d’évolution de notre société dans une prise en compte positive des réalités humaines et physiques de notre planète. Sa vision et sa méthode nous permettent d’envisager le développement de l’humanité en responsabilités bien sûr, mais aussi dans une vision partagée, un réenchantement collectif, qui laisse toute sa place aux projets de chacun. Toute action de développement durable est implicitement fondée sur la gouvernance.

Lire la suite "L’efficacité collective de la communication au service du développement durable" »

2013 / 02 / 25

Tristan lecomte invité du 7ème apéro DD de l'AAC

Image006Si vous voulez venir, faites un mail à Laurence Dotte (en me mettant en copie [email protected]): [email protected]

Belle journée,

Gildas Bonnel

2013 / 02 / 16

L'art écologique, un nouvel axe de la communication institutionnelle ?

Camille-Goujon-Dessin-entier--e1359654943673La communication par l'art a toujours joué un rôle central pour l'image des entreprises. Une nouvelle étape est franchie, avec l'art écologique. Il permet d'illustrer et renforcer l'image engagée d'une organisation.

La fondatrice d’Ethicity, Elisabeth Reiss, personnalité reconnue du monde du développement durable, et Frédéric Rodriguez, PDG du groupe Greenflex-Ethicity, ont décidé de mobiliser et valoriser l’art dans leurs actions et leur communication institutionnelle.  Convaincus que l'art est un levier de changement des représentations et des comportements en faveur d’une prise de conscience environnementale, ils viennent d'inaugurer une exposition dans leurs locaux, en présence de leurs clients et partenaires. une action artistique été menée le soir du vernissage par les artistes Lucy+Jorge Orta. Ethicity et Greenflex s'engagent dans un partenariat avec les artistes Lucy+Jorge Orta et souhaitent impliquer l'ensemble de leurs partenaires et clients dans l'aventure.

COAL, la Coalition art et développement durable, les accompagne dans cette démarche avec la création d’une collection thématique d’art contemporain et un partenariat avec les artistes Lucy + Jorge Orta, Thierry Boutonnier, Lucie Chaumont, Camille Goujon, Malgorzata Lempicka-Brian.

Créée en France en 2008, COAL est une association qui rassemble des professionnels de l’art contemporain, du développement durable et de la recherche. L’association agit via l’organisation du Prix COAL Art&Environnement, d’appels à projet, d’événements, d’expositions, de publications et de missions de conseil. COAL assure également le co-commissariat des expositions du Domaine de Chamarande. L’équipe de COAL est composée de: Lauranne Germond, Maëva Blandin, Alice Audouin, Loïc Fel, Clément Willemin et Guillaume Robic.

Pour en savoir plus c'est ici.

Alice Audouin

2013 / 02 / 12

Affichage environnemental : les recommandations du CAS

Le centre d'Analyse Stratégique dans sa note d'analyse 319 (février 2013), intitulée "Pour un affichage environnemental obligatoire des produits de consommation ?" préconise 3 orientations stratégiques :

- annoncer dès aujourd’hui une obligation d’affichage environnemental sous forme d’étiquette sur les produits de consommation à échéance de trois à cinq ans, tout en poursuivant l’expérimentation engagée en juilet 2011 afin d’asseoir la notoriété et la crédibilité de l’étiquette

- donner à l’affichage environnemental une forme aisément identifiable et simple à interpréter par le consommateur, tant lors de l’acte d’achat en magasin qu’à domicile, assortie d’un logo officiel, pour renforcer sa crédibilité.

- accompagner l’affichage environnemental par des incitations innovantes, en mentionnant par exemple sur le ticket de caisse des produits achetés leur contenu en CO2 et leur impact sur la biodiversité.

Alain Chauveau

2013 / 02 / 11

Corps (si) sages : la pub en fait-elle trop ?

Capture d’écran 2013-02-11 à 10.49.55 La marque de prêt à porter canadienne Jacob s’est engagée publiquement à ne plus retoucher numériquement les formes des corps des mannequins sur les photos qu’elle utilise pour ses catalogues et sa publicité. Attachée à promouvoir une "image saine de la femme" et à assurer une "représentation vraie et réaliste" de celle-ci, la marque a signé la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée.

Ils sont fous ces québécois ?! Pas tant que ça … rappelons-nous : en 2008, les professionnels de la publicité et des médias (avec ceux de la mode) et la ministre de la Santé Roselyne Bachelot ont signé une "charte d'engagement volontaire sur l'image du corps et contre l'anorexie", reconnaissant ainsi l’impact social potentiellement délétère de visuels valorisant une minceur excessive. Le problème existe. La preuve : en mai 2011, le Jury de Déontologie de la Publicité sanctionnait une pub de la marque The Kooples pour cause de maigreur excessive d’un personnage féminin. Mais, plus largement, où en est-on ? La toute récente étude de l’ARPP sur L’image de la personne humaine dans la publicité n’intègre malheureusement pas ce critère dans ses grilles d’analyse. Une idée pour 2013 ?...

Belle semaine,

Anne Chanon

2013 / 02 / 11

Présentation de l'Etude « Marketing responsable » de l'Adme mercredi 13 février

Logo-ademeL’ADEME vous invite à la présentation de l'étude réalisée pour son compte par Mathieu Jahnich du cabinet Wanacôme « S'il vous plaît… Dessine moi le Marketing responsable »

Cette étude exploratoire a pour objectif de dresser un état des lieux de la thématique du marketing responsable et de définir les actions qui pourraient être mises en place pour accélérer la prise en compte du développement durable dans les stratégies marketing des entreprises.

Cette étude s'est appuyée sur les interviews de 30 experts RSE/marketing, une enquête en ligne et l'analyse d'ouvrages de référence.

Mercredi 13 février 2013 de 14h à 16h
Association « COUVENT SAINT FRANCOIS »
7, rue Marie-Rose  75014 Paris
Métro Alésia (ligne 4 –sortie n°6)


Si vous souhaitez assister à cette présentation, contactez : [email protected]

Valérie Martin

2013 / 02 / 05

Nouvelle étude Australie Corporate et TNS Sofres sur l'image des grandes entreprises

Image001Australie Corporate, révèle une étude réalisée en partenariat avec TNS Sofres sur l’image des grandes entreprises. Si la perte de confiance des consommateurs reste marquée, l'étude souligne les causes de ce désaveu.

Ces derniers reconnaissent toujours globalement aux grandes entreprises de vraies qualités d’innovation, de capacité à améliorer la « vie quotidienne » des consommateurs, de capacité à relever les défis de demain. Mais ces valeurs « projectives » sont aujourd’hui celles qui contribuent le moins à leur image globale.

A l’inverse, engagement vis-à-vis des consommateurs, confiance, implication et humilité sont les dimensions qui structurent le regard que portent, en bien ou en mal, les Français sur les entreprises.

Les grandes entreprises doivent en retour porter un regard nouveau sur leurs « engagements » vis-à-vis des consommateurs, ce que ces derniers en attendent.

Isa Kurata

PS/ l'étude en pdf Téléchargement Image des grandes entreprises by AUSTRALIE fev 2013 [Mode de compatibilité]

2013 / 02 / 03

Kamasutri ou comment prendre son pied en faisant le tri des déchets


51abbf68-6b90-11e2-84d6-2dd0c64b2cb4-493x328 Tri-des-dechets-kamasutri_01c200faLa communauté Angers Loire Métropole a fait le choix en 2005 d'investir dans une usine de tri mécano-biologique et de méthanisation de ses déchets. En 2011, la Biopole remplace l'ancienne usine d'incinération. Cette nouvelle installation permet de valoriser les déchets en fournissant compost, biogaz, électricité et chaleur.

Mais pour que cela marche, encore faut-il que les citoyens trient...

Si les habitants de l'agglomération ont bien intégré les nouveaux comportements de tri, les étudiants (ils  sont 33 000 et représentent tout de même 20% de la population d'Angers ! ) représententent une population (très souvent venue d'ailleurs) qu'il faut en permanence sensibiliser.

Angers Loire Métropole et son agence Liner communication ont imaginé cette nouvelle campagne de communication décalée "Et si on triait un coup ?"

Alors que pensez-vous de "La caresse du papier", du "comprimé retourné", du"vieux pinceau dans le pot gluant", ou de l'"extase de l'alu" ?

Si la campagne est accessible en ligne sur le site www.lejustetri.fr, les étudiants sur place pourront rencontrer les ambassadeurs du Kamasutri à l'entrée des restaurants universitaires de la ville jusqu'à la fin du mois de janvier.
C'est simple et volontairement décalé (ca reste policé) ... buzzable non ??

Bonne semaine,

Gildas Bonnel

2013 / 01 / 30

Des nouvelles de la RSE ...

Pour partager avec vous (même si pas directement com), cette publication du Réseau entreprises et développement durable :

S’engager pleinement en matière de RSE, dans un processus de long terme permet d'obtenir les fruits économiques et la rentabilité maximum. C’est la conclusion de la dernière étude sortie récemment aux Etats-Unis, conduite par 2 chercheurs, Michael Barnett (Université d’Oxford) et Robert Salomon (Université de New York) qui présentent enfin une voie claire aux entreprises qui souhaitent à l’avenir accroître à la fois leur durabilité et leur rentabilité.

A lire ici

Capture d’écran 2013-01-30 à 10.16.58
Et en bonus une petite note positive concernant l’emploi en matière de RSE, (une publication Micheal Page).

Belle journée,

Laurence de Lignac

2013 / 01 / 24

"On entend dire que l'écologie c'est fini" le dernier bouquin d'Alice Audouin

9782212555264_h430Alice Audouin co-fondatrice d’Adwiser et responsable développement durable d’Havas Media, vient de publier "On entend dire que l’écologie, c’est fini. Qu’en pensent les experts ?" aux Editions Eyrolles et Les Echos éditions.

Interview de l’auteur et complice par Gildas Bonnel, Président de Sidièse.
(complètement de parti pris !)


Capture d’écran 2013-01-24 à 23.25.49

 

 

 

 

Gildas  : Tu nous as fait une déscription sans concession de l’écologie aujourd’hui, tu laisses entendre qu’en gros, le sujet est mort.Tu veux pousser les écolos à se suicider ?


Alice (rires) : Certes, la  réalité est loin de correspondre à l’idéal, c’est forcément décevant. Mais j’essaie justement de mettre un peu de coté la notion d’idéal, de mieux considérer la réalité et la valoriser comme un appui plus solide que l’idéal pour agir. Dans mon livre je suis dans les faits, et non dans les intentions. Pour avancer, il faut bien situer le point de départ. Oui, le point de départ est relativement bas, il a même reculé par rapport à 2008, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas des marches devant nous. A nous de les gravir vite. Agir évite de déprimer.

Gildas : Tu fais un état des lieux dans de nombreux secteurs économiques, sauf dans celui de la communication, c’est étrange de ta part et quand on sait (surtout ici chez Adwiser) combien il pèse dans l’économie.


Alice : Là encore je pars des faits. Comme tu le sais, d’autres secteurs sont devant nous en matière d’écologie, du côté du meilleur et du pire, je me suis surtout intéressée à ces extrêmes, les entreprises les plus pionnières et les plus récalcitrantes. Or le secteur de la communication  est plutôt dans la moyenne, moyenne basse, mais pas dernier de la classe...

Lire la suite ""On entend dire que l'écologie c'est fini" le dernier bouquin d'Alice Audouin" »

2013 / 01 / 24

Le 30 janvier lancement à Paris de la (R)évolution des colibris

(publicité- heu désolé !)

Avec la (R)évolution, les colibris souhaitent impulser de nouvelles initiatives citoyennes partout en France. Pour cela, ils ont un plan : reprendre le pouvoir sur l’économie, l’agriculture, l’éducation, la démocratie et l’énergie !

"Si nos responsables politiques ne proposent pas toutes les transformations que nous pensons nécessaires, nous, citoyens, pouvons commencer à montrer le chemin !"
Cyril Dion, directeur de Colibris

Sept personnalités présenteront le Plan des Colibris, des trajectoires de transition pour un nouveau projet de société écologique et humain :

Pierre Rabhi, agroécologiste, fondateur de Colibris
Cyril Dion, directeur de Colibris
Étienne Chouard, enseignant et chercheur sur les questions de démocratie
Thierry Salomon, ingénieur énergéticien, président de l’association négaWatt
Isabelle Peloux, enseignante, fondatrice de l’École du Colibri aux Amanins
Raphaël Souchier, expert en économie locale
Jacques Caplat, agronome, administrateur d’Agir pour l’Environnement


Rendez-vous, mercredi 30 janvier, à 19h30 !
Espace Reuilly - 21, Rue Hénard - Paris 12e
Métro : Montgallet (M8)
Bus : Mairie du XIIème (29), Montgallet (46), ou Dausmesnil (62)

Entrée dans la limite des places disponibles. Plus d’infos sur la conférence ici.

Gildas Bonnel

2013 / 01 / 23

NEW BELGIUM BREWING : LA COMMUNICATION RESPONSABLE COMME CLEF DU SUCCES

Capture d’écran 2013-01-23 à 08.39.40Ce mini-cas d’étude montre que la communication responsable, loin d’être un ensemble de règles « morales » contraignantes peut-être aussi un puissant vecteur de notoriété et de forte croissance pour des marques engagées implantées dans un secteur fortement concurrentiel.

La New Belgium Brewing est une brasserie « écolo » américaine installée au Colorado, qui taille des croupières aux grandes marques américaines conventionnelles (Budweiser, Miller, Coors…), avec une croissance exponentielle nationale soutenue depuis 20 ans. 3 de ses bières sont citées parmi les 50 meilleures bières du pays.

Le secret de sa réussite repose sur le respect des grands principes de la communication responsable et du marketing durable (transparence, travail sur les produits et services, engagements sociaux-environnementaux, sensibilisation à un mode de vie responsable…), alliés à un mix novateur des grands canaux de communication online-offline, et à un dialogue fort avec ses consom’acteurs.

Oeuvrant dans un domaine sensible (l’alcool) la marque assume ses responsabilités en étant certifiée TIPS pour ses évènements, un programme national accrédité pour inciter à la consommation responsable d’alcool. Bien que ne produisant pas de bière certifiée bio la marque est régulièrement citée en exemple par les associations et organisations écologiques.

– La confiance par la preuve : la compagnie est reconnue pour ses actions envers l’environnement : éco-conception et ACV (Analyse de Cycle de Vie) généralisés, sourcing local, programmes de réduction de consommation de matières premières et d’énergie… L’énergie utilisée, 100 % verte, se compose d’un mix énergétique sophistiqué (solaire, éolien, méthane issu de leur usine de traitement des eaux…). Elle utilise sur son site internet un discours clair et transparent pour décrire ses engagements sans omettre ses difficultés et péripéties pour atteindre ses objectifs. Les employés ont voté pour céder une partie de leur
 plan de participation aux bénéfices afin d’accélérer la transition énergétique. Chacun est encouragé à se déplacer à vélo, avec un parking et des douches dédiés.

Lire la suite "NEW BELGIUM BREWING : LA COMMUNICATION RESPONSABLE COMME CLEF DU SUCCES" »